Chronicles of Arcadia - L'Âge de l'Héritage : Chapitre 8

« Ils arrivent, dit Ophelia à Antée. »

Quelques secondes plus tard Khali, Abel et Noah faisaient leur entrée dans le vaste hall situé au rez-de-chaussée de la tour des Maîtres, rejoignant leurs deux amis.

« Salut, leur lança Khali.
- Désolé pour le retard nous étions à la salle d'entraînement, s'expliqua Noah.
- Je maintiens qu'un petit entraînement à la va-vite si proche de notre départ ne sert pas à grand-chose, mais on va encore me dire que c'est parce que je suis fainéant, soupira Abel. »

La remarque fit sourire Antée, qui, pour une fois sur ce sujet, était bien obligé d'être d'accord avec le jeune homme. Pour autant il comprenait le besoin de Khali et Noah de s'exercer, après avoir passé quelques jours alités et étant encore sous le choc de leur combats lors du tournoi et de la bataille qui s'était déroulée juste après.

« Puisque tout le monde est là nous allons pouvoir monter voir le Grand Maître. De ce qu'Octavius m'a dit, il va un peu mieux, est capable de se lever et de se déplacer dans sa chambre. Mais il se fatigue très vite et ne peut guère faire d'efforts, alors il faudra essayer de le préserver au maximum, les informa Antée.
- Tu sais pourquoi il nous fait venir, demanda Abel.
- Pas précisément, non. J'imagine qu'il veut nous donner des conseils avant notre départ.
- La question est alors : que fais-je avec vous, souligna Ophelia, perplexe. Je n'ai pas prévu d'aller sillonner les routes du Royaume, pas pour l'instant du moins...
- De toute façon il est hors de question qu'on parte maintenant, s'exclama Khali. La Confrérie est affaiblie, Maître Volsung est au plus mal, il ne manquerait plus qu'on se fasse la belle !
- Khali, nous en avons déjà discuté, tenta de la raisonner Abel. La situation n'est pas si critique, et de toute façon notre présence n'est pas déterminante pour la survie de la Confrérie. Je serais très étonné que Volsung ne te dise pas la même chose.
- Le plus simple pour savoir ce qu'il veut nous dire c'est encore d'aller lui demander directement, leur lança Noah en se dirigeant vers l'escalier, suivi par Ophelia et Antée. »

 

La tour des Maîtres comportait encore quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée. Le premier servait à loger les Maîtres de passage, les deux suivants étaient réservés aux Maîtres de la Confrérie. Le dernier était réservé au Grand Maître, lui servant à la fois de bureau pour recevoir les invités d'importance, et de chambre. Arrivé au dernier palier Noah s'arrêta un instant, de sorte à laisser aux autres le temps de le rejoindre. Lorsque tout le groupe fut arrivé, il frappa à la porte. Une réponse se fit entendre immédiatement, les invitant à entrer.

 

Seul Antée avait déjà pénétré dans la pièce auparavant, lorsqu'il avait été chargé d'amener à Volsung un cousin du Comte venu pour quelque discussion importante et secrète. Ses amis ne purent s'empêcher de faire preuve d'un peu de curiosité à l'égard du « Saint des Saints » de la Confrérie. La pièce était très claire, se trouvant sous les toits deux imposants chiens assis assortis de fenêtres rondes descendaient du plafond jusqu'au sol sur plus de deux mètres, et inondaient le lieu de lumière. L'un donnait à l'est, l'autre à l'ouest, assurant à Volsung de profiter autant que possible de l'éclairage naturel tout en évitant d'apporter trop de chaleur en été ou de froid en hiver. Une grande partie de la pièce était encombrée par une bibliothèque croulant sous les ouvrages. La rumeur voulait qu'elle ait été une presque nouveauté constituée peu à peu par Volsung, là où ses prédécesseurs avaient pu se contenter de quelques étagères appuyées à certains murs.

Le lit était plus large que les simples couchettes des élèves, mais point tant. Il était par ailleurs relativement spartiate, bien loin des somptueux et volumineux lits en bois rares sculptés qui avaient été la mode parmi les nobles et les bourgeois quelques années plus tôt. Et parmi certains des confrères de Volsung... Le reste de la chambre était dans la continuité du lit : confortable sans aucun doute, mais simple. Très soignée et propre malgré la présence presque envahissante de livres, rouleaux, cartes, croquis. Un coffre et une penderie de taille modeste semblaient seuls réservés aux effets personnels du Grand Maître. Un grand bureau trônait dans le quart de la pièce servant à Volsung à accueillir ses invités pour discuter et traiter des affaires les plus importantes, celles dont il s'occupait personnellement. Quelques fauteuils complétaient le tableau.

 

Le Grand Maître était justement installé dans l'un d'entre eux, tout à côté de la lucarne donnant à l'est. Il prenait le soleil du matin et laissait la brise marine le caresser. D'un geste il indiqua à ses élèves cinq autres fauteuils - les seuls restant - qui avaient été disposés près de lui. En s'asseyant ils remarquèrent les traits tirés et les cernes noires et imposantes de Volsung. Il avait à peine bougé depuis qu'ils étaient entrés dans la pièce, pour leur montrer les sièges et pour se tourner lentement vers eux.

« Merci d'être venus, commença-t-il. »

Ne sachant trop quoi répondre les jeunes gens marmonnèrent une réponse inintelligible, se jetant de furtifs coups d'oeil par lesquels ils se faisaient remarquer que c'était davantage eux qui devraient remercier le Grand Maître de les recevoir dans son état, que l'inverse.

« Vous avez dû vous demander pourquoi je vous ai fait mander, poursuivit-il en se redressant un peu. Le fait est qu'il y a beaucoup de raisons. Déjà je voulais vous féliciter pour vos belles performances lors du tournoi.
- Merci, mais bon, en terme de performance vous pouvez repasser avec moi, plaisanta à moitié Abel.
- Du tout voyons. J'ai parlé de performance, pas de résultat. Tu as été très impressionnant, comme tous tes amis. Ce n'est d'ailleurs pas quelque chose de nouveau. Vous êtes très doués et avez déjà un très bon niveau. Vous n'aurez aucun mal à vous débrouiller à partir de maintenant, ce qui ne signifie nullement que vous savez déjà tout ce que vous avez à savoir ! Pour parler de choses pratiques vous allez à partir d'aujourd'hui devenir des membres à part entière du Cercle des Confréries, plus de simples élèves. Les rangs qui vous seront assignés pour l'instant seront C+ pour Khali et Noah, et C pour Ophelia et Abel. Antée sera quant à lui de rang B. Dans l'absolu vous êtes tous quatre d'un niveau à peu près similaire mais vous êtes, Ophelia et Abel, légèrement moins puissants que Khali et Noah, même si plus portés sur la technique, la stratégie. Pour le moment cela vous pénalise un petit peu, mais à terme vous devriez les rattraper. Plus vous allez progresser moins la simple supériorité physique constituera un réel avantage, tout dépendra de la manière dont vous vous en servirez.
- Ça me semble presque irréel de me dire que nous allons déjà être parmi les meilleurs rangs C, alors même qu'il nous reste tant à apprendre. Dans le fond nous ne connaissons que les basiques, fit remarquer Noah, songeur.
- C'est tout à fait vrai. C'est à partir de maintenant que vous allez commencer à développer les capacités les plus spécifiques des membres de notre communauté. Il est vrai que pour l'instant vous ne savez utiliser que les techniques de base. Cependant il est important que vous gardiez à l'esprit le fait que vous les maîtrisez très bien. Tous les combattants de rang inférieur au votre, ou bien équivalent mais plus âgés, sont ainsi classés parce que leur maîtrise de ces techniques essentielles reste approximative, à tout le moins inférieure à la votre. Pour être franc, il n'y a guère de différence dans votre capacité à utiliser une « marche de l'air » ou une « marche invisible » par rapport à la mienne. En ce qui concerne leur forme normale en tout cas. Ce que vous allez devoir apprendre maintenant, par l'expérience en grande partie, c'est à spécialiser ces techniques pour vous adapter efficacement aux situations les plus dangereuses. Et pour ce faire il vous faudra développer une maîtrise fine et totale de votre énergie, bien au-delà de ce que vous êtes en mesure de faire aujourd'hui.
- Mais la plus grande étape qu'il nous reste à franchir c'est la synchronisation avec notre épée n'est-ce pas, demanda Antée, appuyé par les hochements de tête approbateurs de ses amis. J'ai un peu de mal à voir comment nous allons pouvoir y arriver en étant livrés à nous-mêmes...

- Ne t'inquiète pas pour cela Antée. En ce qui te concerne tu es déjà relativement avancé dans ce travail. D'une part tu pourras faire profiter tes camarades de ton expérience. D'autre part vous n'avez nul besoin d'aide ou d'assistance pour y parvenir. Toute la formation que vous avez suivie jusqu'à ce jour a eu pour objectif de vous donner les compétences nécessaires pour que vous y parveniez seuls. Les exercices sur la manipulation, la répartition, la synchronisation de votre énergie dans le cadre des diverses techniques qui vous ont été transmises sont la genèse directe de ce que vous devez mettre en place pour réussir à vous synchroniser avec votre lame. La principale difficulté quand on cherche à se synchroniser avec une arme, c'est qu'il faut réussir à le faire de manière très complète, intime, fusionnelle. Pour la "marche de l'air" par exemple, il suffit de faire grossièrement corps avec l'air environnant. Avec votre épée il ne s'agit pas seulement de faire corps avec le métal, il faut aller au-delà, réussir à toucher ce que l'on pourrait appeler "l'âme" de l'épée. En fait pour être précis il serait plus juste de dire qu'il faut autant synchroniser l'épée à votre "moi profond", que vous synchroniser avec le "moi profond" de l'épée. Peut-être serait-ce plus clair si j'utilisais une image... disons qu'une signature énergétique peut être assimilée à une symphonie. Alors lorsque vous utilisez une technique comme la "marche de l'air", vous devenez capable de fredonner la partition d'un seul instrument de la symphonie correspondant à l'air. Maintenant quand vous souhaitez utiliser le pouvoir de votre épée, en vous synchronisant donc avec elle... il s'agit de fredonner l'ensemble des instruments simultanément. Ce que vous devez à terme être capable de faire, c'est identifier chaque instrument, et découvrir sa mélodie. Je dirais même qu'une synchronisation parfaite revient à devenir le chef d'orchestre de cette symphonie, en lui donnant une couleur bien particulière, votre touche personnelle. Ceci dit, rares sont ceux qui parviennent à une synchronisation parfaite. Je pense que nous ne sommes pas plus d'une dizaine à l'échelle du Cercle des Confrérie. Le jeu en vaut la chandelle, mais il est ardu. Je ne doute pas cependant de votre capacité à réussir !

- Mouais, pour ma part j'ai des doutes. Je suis complètement incapable de ressentir quoi que ce soit dans ma dague, se plaignit Khali. Peut-être ne suis-je pas faite pour ça, de toute manière je suis plus portée sur la lutte que sur le combat à l'arme blanche !
- Erreur, ma petite. Tu mettras peut-être un peu plus longtemps que les autres mais tu y arriveras, et au moins aussi bien. Ta maîtrise exceptionnelle des techniques de marche ne laisse aucun doute là-dessus. À ta charge ensuite de trouver l'arme dont les pouvoirs correspondront au mieux à ton style de combat naturel, et d'apprendre à t'en servir pour devenir encore plus dangereuse.
- Merci pour vos paroles rassurantes, Maître, reprit Antée. Nous ne voudrions pas vous prendre trop de votre temps. Nous savons à quel point vous avez besoin de repos. Vous nous aviez dit il y a quelques semaines que vous auriez des conseils à nous délivrer en ce qui concerne notre voyage...
- Oui, très juste, j'allais oublier. J'avais commencé à vous préparer un petit ouvrage comportant nombre d'informations utiles au sujet du pays, de ses villes, de ses habitants, de ses forces politiques, et des diverses Confréries. J'ai pu profiter de mes heures d'oisiveté, dernièrement, pour l'achever. Il s'agit du carnet à couverture de corne, sur le bord du secrétaire. Oui, juste là, indiqua Volsung à Antée, qui fut obligé de déplacer quelques papiers qui avaient déjà recouvert le cahier. En ce qui concerne les informations les plus générales, vous devez déjà en avoir une belle quantité grâce aux enseignements que vous avez reçus. Ce petit livret les reprend, en approfondit certaines. Mais surtout il donne des informations sur les autre Confréries, et sur leurs Grand-Maîtres. Je vais juste vous donner oralement mon avis, en grande partie subjectif, sur mes confrères, les informations les plus factuelles étant dans le carnet. Je vous les présenterai du plus puissant et influent au... moins puissant et influent, au sein des Grands Maîtres cependant ! Tout d'abord le premier d'entre nous, Tristan. Je le connais assez bien, j'ai été ami avec son frère par le passé. Il est relativement ambitieux, un brin arrogant par moments, mais pour autant il est irréprochable en ce qui concerne sa manière de remplir sa mission au sein du Cercle. Normalement vous devriez pouvoir vous fier à lui, ceci dit nous ne sommes plus aussi proche qu'autrefois, il a donc pu changer. Je doute par ailleurs que vous soyez en contact direct avec lui. Sa Confrérie étant la plus grosse du royaume vous aurez plus probablement à faire à ses subordonnés. Ensuite Nera... méfiez-vous d'elle, elle peut être assez sournoise et manipulatrice, très orgueilleuse, impulsive... son second, Albin est autrement plus fiable qu'elle, autant que possible essayez donc de communiquer avec lui plutôt qu'avec elle. En troisième, Dana. C'est une très bonne amie, très franche et directe, un caractère sacrément bien trempé. Ce qui lui permet de gérer le Continent du Nord avec une grande efficacité... c'est d'ailleurs parce qu'elle est normalement extrêmement consciencieuse qu'il me faut tirer au clair cette histoire avec les golems ! Enfin, vous n'avez pas encore le niveau pour partir pour le Continent du Nord, donc il vous faudra encore attendre un peu avant de la rencontrer. Le suivant... Connor... pas besoin de vous faire un dessin. Évitez-le autant que possible. Pour être honnête son comportement légèrement irréfléchi durant l'attaque des golems m'avait même fait me demander s'il n'y était pas pour quelque chose. Il semblerait cependant que non, Rani a discuté avec Duncan, l'un des Maîtres de sa Confrérie, et il l'a assuré de l'intégrité, du moins à ce sujet, de Connor. Duncan me semble tout à fait correct, mais j'ai peur qu'il s'agisse peu ou prou du seul Maître de la Confrérie de Connor auquel on puisse se fier... Ensuite Indra. C'est l'un des tous nouveaux Grands Maîtres, je ne le connais pas très bien encore, mais de ce que j'ai vu il me paraît intègre. Après lui vient Calyspo. C'est aussi une très bonne amie, nous avons été élèves de la Grande Académie, à Vesperia, ensemble. Vous pouvez lui faire confiance, et je vous conseille d'aller la voir. Elle s'occupe de la région des îles, dont elle est originaire, et est probablement le Grand Maître qui doit gérer les monstres les plus puissants. Sur ce continent les monstres terrestres sont bien moins dangereux que les monstres marins ! Vous devriez gagner beaucoup d'expérience en allant chez elle. En avant-dernier se trouve Uther. C'est l'un des Grands Maîtres les plus âgés, il a quelques années de plus que moi. Il s'occupe d'une région très montagneuse, celle qui a la plus grande concentration de créatures. Il est toujours ravi de voir de jeunes membres du Cercle venir l'aider dans son travail. Je ne le connais pas plus que cela, mais je sais que c'est quelqu'un de très droit, avec un sens de l'honneur à toute épreuve... Il est même réputé pour ça au sein des Grands Maîtres ! Et le dernier... Janus... tu le connais peut-être Ophelia, il est responsable de la région d'où tu viens. Je ne lui fais pas vraiment confiance, je le soupçonne de tremper dans des affaires douteuses, et d'utiliser son poste de Grand Maître pour tirer illégalement un profit personnel... non négligeable. Mais je n'ai bien sûr aucune preuve...
- Ooohhh... je ne pensais pas que "Sire" Volsung était du genre à accuser des gens sans preuves, se moqua une voix inconnue."

 

Les cinq élèves avaient bondi de leur chaise en entendant les deux dernières phrases, prononcées par un homme drapé de noir, un foulard cachant une partie de son visage, nonchalamment appuyé contre la chambranle d'une des lucarnes. Volsung, plus circonspect, se leva lentement en s'appuyant lourdement sur sa canne.

« Qui es-tu? Un Maître envoyé par l'un de mes confrères... pour me porter un message?
- Pas exactement, répondit sobrement l'homme en noir. »

En un instant, saisissant son court katana accroché dans son dos, il faucha rapidement l'air devant lui par trois fois. Chaque coup généra une sorte de grosse aiguille qui partit à toute vitesse vers le Grand Maître. Volsung, encore diminué par son combat contre le golem, ne put éviter, mais les pointes ne le blessèrent pas, le traversant sans dommage, pour venir se planter dans son ombre.

« Maître, vous allez bien, s'inquiéta Khali en fonçant vers lui.
- Bien sûr qu'il va bien, cette attaque n'avait pas pour but de le tuer, ricana l'agresseur. »

Alors que les jeunes gens se retournaient vers lui pour l'attaquer, et essayer de protéger leur Maître, il leur fit subir le même traitement que Volsung, et tous cinq s'arrêtèrent net, comme paralysés.

« Qu'est-ce qu'il se passe, s'agaça Noah.
- Calme-toi, Noah, lui répondit paisiblement Volsung. C'est l'un de ses pouvoirs, n'est-ce pas ?
- Précisément, « Clous d'Ombre », si vous tenez à connaître son petit nom. Nom qui est assez explicite par ailleurs. Ce pouvoir me permet de « clouer » vos ombres en un point précis, et attendu que vous ne pouvez pas vous séparer d'elle, tant qu'elle reste figée vous ne pouvez pas vous déplacer.
- C'est ce qu'on va voir, gronda Antée. »

Forçant sur tous ses muscles il tenta de bouger un pied. Il y parvint, avec difficulté, se déplaçant à peine d'un centimètre... avant de s'effondrer en hurlant de douleur.

« Peine perdue jeune homme. Quels que soient les efforts fournis tu ne pourras pas véritablement bouger, de quelques centimètres tout au plus. Mais en faisant cela tu fais se déplacer ton ombre, qui par conséquent se retrouve lacérée par les clous. Et la douleur ressentie par ton ombre t'es transmise directement. Si tu forces trop et que ton ombre finit vraiment éventrée ce ne sera pas que de la douleur que tu ressentiras, les dégâts risquent de devenir bien réels !
- Pouvoir très intéressant, admit Volsung. Reste immobile Antée, vous tous également. Il n'y a aucune chance que vous parveniez à vous libérer de son pouvoir, il ne sert donc à rien de vous blesser inutilement.
- Enfin, blessures inutiles ou pas, n'imagine pas que je vais les laisser repartir vivants mon vieux, lui lança l'homme mystérieux, une lueur meurtrière dans le regard.
- Bien sûr. Tu es venu pour me tuer, j'imagine. Puis-je savoir à qui ma mort va profiter? À un autre Grand Maître ?
- C'est la sénilité qui te touche ? Tu imagines qu'un Grand Maître agirait de manière si grossière? À force d'être trop honnête il faut croire que l'on en devient sot...
- S'il ne s'agit pas d'un Grand Maître, qui pourrait avoir autorité à envoyer quelqu'un avec un niveau de Maître pour me tuer ? Et surtout j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi on pourrait souhaiter ma mort...

- Tu n'as pas besoin de tout comprendre. Mais enfin, quelqu'un d'aussi puissant, d'aussi intègre et d'aussi intelligent que toi, tu n'imagines quand même pas que ta mort ne satisferait pas bon nombre d'organismes... disons marginaux ?
- Des organismes marginaux, intéressant, sourit Volsung. Se pourrait-il que l'étrange présence de golems sous mes murs il y a à peine une semaine soit aussi de leur fait ?
- Qui sait... en tout cas il eut été dommage de ne pas profiter d'une si belle occasion. Tu ne seras pas faible à ce point tous les jours !
- Certes non. Puisqu'il doit y avoir combat, soupira le Grand Maître en sortant son sabre du fourreau que constituait sa canne, regardez jeunes gens, et profitez-en pour apprendre.
- Tu penses encore pouvoir jouer au professeur ? Si ça t'amuse, en tout cas excuse-moi si je t'achève en un coup, je ne voudrais pas prendre de risques avec toi... »

 

L'assassin disparut de là où il se trouvait depuis quelques minutes. Paniqués, les cinq élèves le cherchèrent du regard. Tout ce qu'ils virent fut une forme floue derrière Volsung, s'apprêtant à lui trancher le cou. Mais avant d'être frappé par l'ennemi, le Grand Maître, posément, avait retourné son sabre contre lui et se l'était planté à la base de la poitrine. Une grande gerbe de sang colora de rouge le plancher.

La première à crier fut Khali, bientôt suivie de tous ses camarades.

 

« L'ultime niveau de synchronisation. Parvenir à transcender le fait de ne faire qu'un avec son épée, de sorte à atteindre un stade où elle devient une partie à part entière de votre corps, déplaçable, ajoutable à tout autre endroit. Quand même le fait de vous transpercer le coeur ne vous fera plus saigner. C'est à cela que vous devez tendre, c'est cela que vous devez chercher à être capable de faire. »

En finissant sa phrase Volsung sortit la lame de sa poitrine. Et le corps sans vie de de l'homme en noir s'effondra derrière lui. Pour répondre à l'interrogation muette qu'il lisait dans les yeux de ses élèves, il poursuivit.

« Ce jeune homme a utilisé une technique, la « marche de l'ombre », dérivée de la « marche invisible » qui permet, en économisant de l'énergie, d'utiliser cette dernière en ne se déplaçant que d'ombre en ombre. Je me suis un peu douté qu'il allait faire cela, car même paralysé et faible je restais un trop gros morceau pour lui de face, capable de tenir jusqu'à l'arrivée de renforts. J'ai donc utilisé ma parfaite synchronisation avec mon sabre pour le surprendre en le frappant à travers mon propre corps, l'achevant en un coup. »

Volsung se laissa lourdement retomber sur son fauteuil, grimaçant de douleur.

« L'entrevue est terminée, vous pouvez partir. Et n'oubliez pas ce que je viens de vous dire. Ni ce que je vous ai dit auparavant au sujet des Grands Maîtres. Malgré ce que ce garçon en a dit j'ai du mal à croire qu'aucun d'entre eux ne soit impliqué dans cet... incident... »

 

Et tandis que ses élèves sortaient de la pièce, encore légèrement choqués, après l'avoir salué respectueusement, il leur lança :

« Et faites venir quelqu'un pour enlever le corps. Ce cadavre jure avec le reste des meubles. »

Dislike
0

Commentaires

Portrait de Tensen

Il aurait fallu offrir une boule de cristal à Zem pour Noël ^^.

De trèèèès bonnes remarques (et une légère propension à vouloir voir mourir des persos gentils dès le premier arc d'intro :p), mais on ne va pas pouvoir en dire beaucoup plus sur ce qui est vrai et ce qui est faux, sinon ça va spoiler...

Comme l'a dit Az, il va y avoir héritage, et ce sur de nombreux plans, et pour de nombreux persos (dont certains qu'on a pas encore vu jusqu'ici, sachant qu'on a au final vu très peu de persos par rapport à ce qu'il devrait y avoir pour les derniers arcs). Mais pas forcément de la manière dont on pourrait penser, ni très vite. Le titre prendra tout son sens à la fin, même si normalement on devrait commencer à comprendre de quels héritages on parle petit à petit.

Maintenant la plupart des éléments ont été mis en place, l'air de rien les ferments de plus de la moitié de l'histoire ont été plantés (plus ou moins).

Une carte devrait faire son apparition juste avant le début du deuxième arc, pour l'instant il nous manque encore à placer certains persos/confréries pour que ça colle au mieux avec la suite de l'histoire et à trouver des noms pour toutes les villes qui seront présentes. En sus je réaliserai des cartes plus détaillées des régions spécifiques où se dérouleront chacun des arcs (mais elles risquent de ne pas toutes être disponibles avant le début des arcs, plutôt dans le courant ou après).

En tout cas on vous prépare une suite aux petits oignons ;).

Portrait de Azazel

Pourquoi autant espérer la mort de ce pauvre Volsung (et la trahison de ce pauvre Abel) ? ^_^ Ne me dis pas que le dessin de Volsung laisse entendre qu'il va claquer sous peu... ^_^ 

C'est intéressant comme tu aimes imaginer que tout ce qui est écrit est une "feinte" et que cherches du coup toujours à imaginer le contraire de ce qu'on laisse paraître (les amis de Volsung seront des tordus et les "tordus pressentis" ne le seront pas ^_^). La feinte pourrait aussi parfois être que justement, il n'y en a pas. ^_^

Concernant le titre "âge de l'héritage", il y aura en effet une histoire de relève et de leg (en même temps, logique, à moins qu'on ne propose juste un titre bateau qui claque bie mais soit sans rapport). Sauf que cela ne sera pas découvert aussi vite et de façon si flagrante. Et il y a plusieurs niveaux de sens à cet notion d'héritage. Mais ne sois pas pressé. Tu découvriras ça en temps voulu. ^_^

Et tu as vu que j'ai fait un dessin pour un perso qui claque tout de suite ? Mes dessins ne sont donc pas toujours synonyme de "perso principal", comme pour l'emploi de noms. ;) Ca va compliquer les choses pour déterminer l'importance des protagonistes. Même toi tu commences à douter qu'on revoie les jumeaux un jour hé hé hé. ^_^

Portrait de admin

Chapitre assez sympathique à lire.

Quelques phrases (deux tout au plus) dont je n'ai pas saisi le sens directement.

petits oublis :

- rez de chaussée (avec un E)

- Nous nous voudrions pas vous prendre trop de votre temps. 

 

Donc je n'ai rien d'autre à dire sur la forme. Maintenant parlons du fond, de l'intrigue et de l'histoire en générale.

Ce que j'aime cette fois c'est qu'on a encore changé de "sujet". On n'est plus dans la présentation, ni dans le tournoi, on est passé à la préparation d'un voyage mais en gardant en toile de fond l'intrigue du chapitre précédent (attaque de la confrérie). On pense dès le début du chapitre que Volsung va crever. LoL. Quand j'ai lu "Assassin" c'est ce que j'ai pensé direct. Mais non, le vieux ne veut pas crever ^^ Pourtant c'est l'âge de l'héritage. Je m'attendais vraiment à ce que la troupe de jeunes hérite de Volsung. Encore une fois, Tensen, me surprend !

Quant à l'assassin. Va-t-il être autopsié ? Il faudrait qu'avec l'étude du cadavre on puisse éventuellement être sur une piste.

J'ai bien compris que le listing des Maitres de Confrérie nous donnait un aperçu des différentes zones que peuvent potentiellement visiter les jeunes. Mais à mon humble avis, ceux décrits comme des fourbes ne seront pas forcément les scélérats attendus, alors que les "amis" de Volsung" pourraient être plus tordus qu'on ne le pense.

Mais pourquoi s'en prendre à Volsung particulièrement ? Où est la confrérie de Volsung déjà ? Au nord mais pas tout à fait ?! c'est ça ? à la frontière avec le continent Nord ? c'est bien ça ? Une attaque venant du Nord... mmmmh je me dis que la pote à Volsung s'est faite tuer elle aussi. 

A tous les coups, les jeunes vont vouloir mener l'enquête. (Appollo et Artémis, eux, on ne les verra peut-être plus... A moinssse qu'il ne suivent en cachette les héros).