Chronicles of Arcadia - L'Âge de l'Héritage : Chapitre 6

A l'origine Abel avait décidé de descendre des tribunes pour aller féliciter Khali et Noah avant que ne commencent les finales. Il s'attendait un peu à tomber sur Antée dans le dédale des couloirs qui serpentaient sous les tribunes et desservaient l’arène, les vestiaires et l'infirmerie. Il s'attendait un peu moins à ce sur quoi il avait fini par tomber. Mais il n'en était pas moins intéressé pour autant.

 

Les éclats de voix l'avaient attiré, mais par prudence il ne s'était pas approché de trop près. Par conséquent il avait bien du mal à discerner précisément la nature de la conversation et devait se faire un idée à partir du ton, de la longueur des répliques de chacun des interlocuteurs et de leur gestuelle. Jetant un prudent coup d'oeil sur la scène il se dit qu'il préférait mille fois mal entendre que risquer de se faire attraper par Connor ; dont l'état de rage à peine contenue faisait assez peur à voir même à plus de dix mètres.

La situation aurait pu paraître plus ou moins surréaliste. Après tout pourquoi Connor s'en prendrait-il à son élève le plus fort qui avait totalement surclassé ses adversaires dans les tours précédents ? Comme Abel ne manquait pas de jugeote il avait très vite compris que le problème était justement les victoires faciles du jeune homme. Pas vraiment de combat, pas de blessure, pas de sauvagerie. Tout le contraire de son camarade qui n'allait pas tarder à affronter Khali, et qui, goguenard et mauvais, profitait des pauses que Connor était obligé de s'accorder pour reprendre un semblant de respiration afin de se moquer de l'autre ; alors même que pour sa part il aurait été largement vaincu par Antée si celui-ci n'avait pas eu la tête à l'envers ! Malgré sa taille imposante le futur opposant de Noah paraissait bien petit par rapport au Grand Maître, impression qui s'affirmait à chaque invective comme s'il rapetissait.

 

Abel en était arrivé à la conclusion qu'être élève dans l'académie de la Confrérie de Connor était définitivement tout sauf drôle, et que malgré leur carrure de gorille et leur comportement de chiens enragés lesdits élèves étaient finalement très friables mentalement. Le jeune homme finit pourtant par relever la tête et couper la parole au géant, tentant ensuite d'engager une discussion sur un ton plus calme et posé, faisant preuve de déférence, mais ne parvenant pas à cacher la peur que lui faisait ressentir son maître. Avant même qu'il n'ait pu aligner plus de quelques phrases, Connor fou de rage marchait déjà sur lui en levant le poing pour le frapper.

 

De peur, le jeune homme tomba à la renverse, se protégeant préventivement la tête et le torse de ses bras. Mais Connor ne parvint pas à le frapper.

 

Un quatrième individu qu'Abel reconnut pour être l'un des Maîtres de la Confrérie de Connor, avait saisi le bras de son supérieur et le lui maintenait fermement, soutenant le regard plein de haine qui le fixait. Il toisa sans peur Connor et tenta, en vain, de le calmer en engageant une conversation sur un ton bien loin de la cordialité, hostile même. Un autre Maître de leur Confrérie, plus âgé que Connor, intervint alors pour séparer les deux hommes, en repoussant rudement le sauveur du garçon. Si possible les débats devinrent plus houleux encore ; cette fois-ci ce fut l'intervention du jeune homme qui était persécuté au départ qui mit fin à l'échange. Celui-ci sembla capituler, tête basse.

 

Connor ne décoléra pas pour autant, et Abel se demandait si cette dispute allait pouvoir s'achever pacifiquement quand il entendit quelqu'un l'apostropher :

"Abel, quelle bonne surprise, je ne m'attendais pas à te trouver ici."

 

Tout d'abord effrayé d'avoir été surpris à espionner un Grand Maître et ses subordonnés, Abel retrouva cependant une contenance en se rendant compte que son interlocuteur n'était autre que Volsung. Il lui marmonna une réponse polie, mais le Grand Maître ne lui accordait plus tant d'importance. Il interpellait maintenant le groupe d'hommes de la Confrérie de Connor, leur demandant s'ils avaient un problème et s'il pouvait leur venir en aide. Ce à quoi Connor, visiblement gêné, répondit par un marmonnement plus inintelligible encore que celui d'Abel, lançant ainsi le signal de la dispersion pour ses comparses, qui n'en demandaient pas tant.

 

Une fois que les cinq hommes furent partis, Volsung conclut la scène d'un clin d'oeil complice à son élève, avant de s'éloigner lui aussi, laissant enfin le jeune homme respirer. Abel ne tarda pas non plus à repartir en direction des tribunes pour retrouver les jumeaux. Quand il arriva à sa place il se rendit compte qu'Antée les avait déjà rejoints.

 

« Te voilà ! On se demandait où tu avais pu passer...
- Je me suis perdu en allant voir Khali et Noah, répondit le jeune homme en évitant le regard dubitatif de son ami. »

 

Sur le ring les choses sérieuses étaient sur le point de commencer. Khali et son adversaire se faisaient face. Une fois encore elle était dépassée en taille, largeur, épaisseur, poids ; l'autre dardait sur elle un regard cruel, ce qui semblait médiocrement émouvoir la jeune fille.

 

Quand le signal du début du combat fut donné il se montra cependant plus circonspect que son prédécesseur en n'attaquant pas immédiatement. De fait ce fut Khali qui ouvrit les hostilités, portant un coup haut avec son pied droit ; paré d'une main qui s'agrippa à sa jambe. Se servant de ce nouvel appui elle pivota pour porter un autre coup de pied bas dans la cuisse gauche de son opposant ; qui la lâcha avant que le coup ne porte, la déstabilisant et affaiblissant le coup qu'il parvint à esquiver en se reculant. Prenant appui sur ses talons il se jeta alors puissamment sur elle, durant sa chute consécutive au coup de pied raté. Mais Khali avait vu venir l'attaque et prenant appui de ses mains derrière sa tête elle effectua une parfaite roulade arrière, heurtant le garçon au visage de ses pieds joints, et se mettant hors de portée de ses coups.

 

Profitant du léger flottement dans la défense adverse elle poussa son avantage ; se rapprocha ; puis enchaîna plusieurs coups portés du plat de la main sur le poitrail, donnant vitesse et force à l'aide d'un geste « coup de fouet ». Elle se retrouva fatalement incapable d'éviter un ample et violent coup de bras qui vint la faucher sur sa gauche, mais l'ayant anticipé elle put parer et atténuer la force du coup en se projetant préventivement vers sa droite.

 

Après ces deux échanges serrés et relativement équilibrés le combat se poursuivit plusieurs minutes durant sur le même schéma. Malgré le quasi statu quo des deux opposants Khali prenait lentement et méthodiquement l'avantage sur son adversaire, profitant en particulier de sa vélocité supérieure, des accélérations qu'elle pouvait générer avec la « marche invisible », et de sa stabilité presque parfaite grâce à la « marche de l'air ». Elle sut exploiter la difficulté de son ennemi à s'adapter en le contournant par le haut, enchaînant aussitôt par une série d'attaques dans son dos. Agacé, maltraité, dominé sur tous les plans du combat, le jeune homme finit par se trouver acculé et écumant de rage, non loin du bord du ring.

 

Au moment même où Khali, qui n'avait malgré tout pas été épargnée par les coups très lourds de son opposant, se disait que le prochain échange marquerait sa victoire par « hors ring », voire éventuellement KO, l'autre se mit à rugir comme une bête, augmentant soudainement la force qui émanait de lui. Il se mit à bander de plus en plus rapidement ses muscles à la limite du déchirement, semblant grossir, devenir plus massif, musculeux, et exhalant très vite une colossale aura qui paraissait déchirer l'air alentour, s'étendant sur une grande partie du ring. Quand Khali parvint à mettre un nom sur la technique que son adversaire était sur le point de réaliser, elle se retrouva pétrifiée.

 

Et l'autre se projeta à toute vitesse sur elle, bien plus vite qu'elle n'aurait été capable de le faire, à moins d'utiliser la « marche invisible » ; faisant exploser les dalles du ring sous l'effet de son aura destructrice, le visage déformé par la colère et la souffrance, le sang giclant abondamment de ses blessures, les muscles se tordant comme s'ils allaient exploser. En une infime fraction de seconde Khali dut analyser la situation et prendre une décision. Sa vie était très clairement en danger ; si elle encaissait l'attaque de plein fouet elle serait réduite en charpie. L'aura s'étendait trop loin sur l'arène pour qu'elle puisse espérer l'éviter, même en se déplaçant à l'aide de la « marche invisible » ; pareillement elle n'aurait pu s'élever suffisamment avec la « marche de l'air » pour l'éviter. Elle n'aurait de toute façon pas eu le temps de réaliser ces techniques.

 

Utilisant toutes ses ressources physiques elle se projeta en arrière sur une courte distance à une vitesse presque aussi importante que celle de son adversaire. Quand l'aura l'engloutit, l'air sortit d'un coup de ses poumon et sa peau s'entailla instantanément en de nombreux endroits ; mais elle savait qu'elle survivrait à tout sauf au contact direct avec le garçon. Elle tendit son bras gauche devant elle, à la rencontre de l'ennemi. Quand elle fut sur le point de le toucher elle l'envoya en arrière de sorte à ce que le contact se fasse en douceur. Elle n'en sentit pas moins ses phalanges se fissurer et sa chair s'arracher ; elle exerça alors, malgré la douleur, un rapide mais progressif gradient de pression sur la poitrine du jeune homme, un peu en-dessous de son épaule droite.

 

Elle ne pouvait bien sûr l'arrêter avec ça ; mais elle le ralentit considérablement, le déstabilisa, le déséquilibra. De plus la combinaison de la vitesse de son adversaire et de ses muscles maltraités fit qu'elle parvint à broyer profondément son torse. Le garçon poussa un cri inhumain en se retrouvant projeté sur sa gauche par l'inertie de sa technique. Khali quant à elle sentit son bras gauche partir en arrière, les os se briser en de multiples points, les muscles exploser sur toute la longueur ; et elle fut envoyée loin de la limite du ring par le souffle de l'attaque meurtrière.

 

Tout en se tordant de douleur sur le sol, l'élève de la Confrérie de Connor exultait, ravi de sa victoire et probablement tout autant de la possible mort de son opposante. Il fut interrompu par un hurlement terrifiant.

 

« Putain de connard de merde !!!!!! Je vais te tuer !!!!! »

 

La poussière laissa apparaître Khali, arrêtée à quelques centimètres du sol, les jambes tremblant violemment à cause de l'effort qu'elle fournissait pour maintenir sa « marche de l'air ». Son corps était largement couvert de blessures. Ses habits n'avaient qu'à peine survécu à l'attaque. Si son côté gauche était très rudement touché, - son bras était en miettes et sa jambe fortement entaillée et brûlée - son côté droit ne souffrait cependant que de légères contusions et égratignures. 

 

Elle cracha avec un rictus un long jet de salive sanglante. Puis avec un regard animé d'un feu glacial elle se jeta sur son ennemi encore au sol à l'aide de la « marche invisible » combinée à la « marche de l'air ». Elle lui asséna un puissant uppercut du poing droit alors qu'il tentait de se relever ; porta un grand coup de talon descendant sur son épaule droite, juste au dessus de l'affaissement de sa poitrine. On entendit dans un sinistre craquement la clavicule céder. Tourbillonnant autour de son adversaire telle une libellule, elle le harcela de coups, revenant une fois sur deux sur le côté droit de son torse jusqu'à ce qu'il devienne une charpie sanglante ; frappant si fort, si vite, qu'il ne touchait même plus le sol, ballotté dans tous les sens par la furie de la jeune fille. À chaque coup le sang qui giclait était autant celui de l'un que de l'autre, mais l'avalanche d'attaques ne semblait vouloir s'arrêter.

 

Enfin le corps du jeune homme se trouva hors des limites du ring. Prenant pour la première fois depuis l'attaque dévastatrice appui sur le sol du ring, Khali se positionna de façon à ce que son ennemi soit allongé horizontalement par rapport à elle puis pris son élan et le surplomba. Elle parut propager son impulsion initiale de son pied jusqu'à son bras, la faisant grossir à chaque nouveau membre traversé ; alors elle frappa, son bras droit devenu un serpent impitoyable lancé bien au-delà de la vitesse du son, juste en-dessous de l'épaule gauche. L'épaule vola en éclats, le poing de la jeune fille ressortant momentanément au travers de l'omoplate du garçon avant que celui-ci ne soit écrasé sur le sol, s'enfonçant de plusieurs centimètres dans la terre tassée et compacte de l'arène, le bras droit de Khali se brisant lui-aussi en plusieurs endroits sous l'effet du choc.

 

Alors elle se laissa tomber sur le sol, poupée de chiffon abandonnée par un terrible enfant.

« La technique utilisée par ton élève est interdite ; pour quiconque ; d'autant plus pour un élève durant un tournoi amical. Tu auras à en répondre Connor, parvint à souffler Volsung entre ses mâchoires crispées.
- En répondre ? Interdit ? Ce n'est pas moi qui lui aie dit de s'en servir ! Et si tu veux parler d'interdit tu devrais peut-être t'inquiéter pour ton élève, si je décidais de demander réparation pour sa sauvagerie..., rétorqua Connor avec un reniflement méprisant.
- Tais-toi. »

 

Volsung avait prononcé ces derniers mots en tournant la tête vers son confrère. Un léger sourire flottait sur ses lèvres ; pas son sourire habituel, chaud et réconfortant ; un sourire froid comme la glace, tranchant comme une lame. Une invitation à la mort. Et Connor, réalisant certainement qu'il avait légèrement dépassé les limites de l'impertinence que son confrère pouvait tolérer, se tut à l'instant, non sans grommeler dans sa barbe.

 

Abel, Antée, Artemia et Apollo avaient le visage figé ; le regard fixe ; nimbés d'une pâleur blême.

« Je vais aller à l'infirmerie, voir comment elle se porte, la veiller, chuchota Abel d'une voix blanche, tandis que les deux corps étaient évacués en urgence.
- Oui, répondit laconiquement Antée. »

On annonça à Noah et à son adversaire que malgré le tragique dénouement de la précédente finale, la leur allait bientôt commencer, qu'il fallait donc qu'ils montent sur le ring, en excusant son état. Ils se levèrent lentement et rejoignirent le centre de l'arène dans un silence de mort. Volsung annonça que les deux blessés allaient être soignés, qu'il ne fallait pas s'en faire, que la seconde finale allait avoir lieu.

Quand les regards de Noah et du jeune homme se croisèrent ils étaient vides tous deux.

Et le combat commença.

Sans un cri, comme un redoutable automate, Noah passa à l'attaque, mettant en place sa stratégie. Surprendre, innover, être vif. Avec un complexe jeu de jambe il porta une attaque sur le côté gauche de son adversaire, visant la plaque du coude. Sean para ; contre-attaqua ; Noah esquiva de justesse, et profitant de son léger déséquilibre tenta une attaque audacieuse en visant la plaque de la hanche droite. Le coup fut trop faible, trop imprécis. Il fut paré plus aisément que le précédent avant que Noah ne reçoive le premier coup.

Il s'attendait à ce qu'il soit atténué par la plaque ; mais son opposant n'avait pas visé de plaque. L'épée en bois fouetta sauvagement le ventre du jeune homme, l'envoyant plusieurs mètres en arrière, souffle coupé, écrasé par la douleur. Avant qu'il ait pu reprendre ses esprits l'épée s'abattit de nouveau sur lui, à terre, visant la partie à découvert de son bras gauche. Il roula sur lui même et parvint à ne se faire qu'effleurer l'extérieur du bras. Puis il se remit debout ; para à la va vite une autre attaque, s'éloignant aussitôt pour gagner du répit. C'est du moins ce qu'il tenta de faire, car il fut vite rattrapé, puis contraint de parer un coup, deux, trois. Il fut forcé de reculer sous la puissance des frappes, les bras en feu ; ne pouvant hélas éviter le quatrième. La pointe de l'épée lui heurta la cuisse.

Titubant il pivota sur lui-même tout en utilisant la « marche invisible », pour, en perte d'équilibre et tournoyant, s'extraire de l'emprise de Sean. Il ne faisait plus aucun doute désormais sur les intentions de son adversaire ; son objectif n'était pas seulement de remporter le combat, mais aussi, voire surtout, de faire preuve de la plus grande barbarie pour y parvenir. Si possible il tenterait de gagner par KO, sans avoir jamais marqué de points en touchant une plaque. C'était d'ailleurs peut-être la seule faille véritablement exploitable chez son opposant, avec sa volonté d'écraser Noah ; il fallait qu'il modifie ses positions de défense, délaisse les plaques pour se concentrer sur le reste, et si possible qu'il soit capable de mener l'offensive. Certes Noah doutait fortement de pouvoir prendre la mesure de son ennemi, mais tout au moins pourrait-il neutraliser ses attaques ; et tenir suffisamment longtemps pour, en profitant de la frustration de son adversaire, pouvoir tenter sa chance en un seul coup porté au coeur.

Mener l'attaque... oui, mais comment quand l'autre lui tombait dessus avant même qu'il n'ait pu reprendre tous ses esprits. De nouveau Noah fut mis sous pression, forcé de parer en reculant. Redéfinissant sa défense pour mieux anticiper les coups adverses, il s'en sortit cependant mieux qu'auparavant, ne se retrouvant que légèrement touché en plusieurs points. Même si aucune de ses blessures ne pouvait être comparée aux précédentes, leur enchaînement lors de ce long échange éprouvant affaiblit peu à peu Noah, qui finit par laisser une petite ouverture dans laquelle Sean s'engouffra pour lui frapper rudement le mollet droit. S'affaissant de ce côté il para à grand peine un puissant coup s'abattant sur lui, visiblement destiné à l'achever ; et fut projeté loin en arrière, tout en sentant le bois de son épée commencer à se fissurer.

Fou de rage, à genoux à plusieurs mètres de son opposant, il poussa un rugissement, se releva pour se jeter sur son bourreau ; quand il sentit que sa jambe gauche fut comme coupée.

Dans les tribunes les spectateurs, interloqués, le virent s'effondrer sur le sol sans raison apparente, tandis que l'autre se jetait sur lui pour l'achever. Mais de manière tout aussi étrange Sean s'écroula lui aussi, en criant, sa jambe droite le lâchant alors que nul coup ne l'avait atteint. Une lueur d'incompréhension s'alluma au fond de ses yeux, mais avant qu'il n'ait pu analyser ce qui lui arrivait, Noah, visiblement remis, était sur lui. Il le frappa deux fois de son épée au côté droit, d'abord au bras puis au poitrail. Sous la puissance du coup et à cause de ses fissures, la lame de bois vola en éclats.

Perdant à moitié l'équilibre à cause de la force du contrecoup, l'élève de Volsung se reprit, et empoignant son moignon d'épée se rua de nouveau sur son ennemi. Il lui porta un premier coup sur l'omoplate droite, passa derrière lui, lui porta un second coup sur le bras gauche, puis se plaça pour frapper le coeur mais fut contré. Manquant de portée à cause de son épée brisée il fut fauché par un nouveau coup au ventre, puis un autre sur la clavicule gauche, un autre sur la cuisse gauche. Mais contrairement à avant il ne recula pas, rendant au contraire coup pour coup, même s'il manquait singulièrement de puissance.

Semblant devenir fou son opposant redoubla d'efforts et de puissance, frappa deux fois coup sur coup Noah au ventre, et profitant que ce dernier était tombé à genoux, souffle coupé, il porta un ample coup dirigé vers le côté gauche de sa tête. Un craquement sinistre retentit. Utilisant ses dernières force Noah s'était relevé, avait arrêté le coup avec sa main gauche. Main qui s'était brisée tandis que son avant bras, sous la pression du coup, finissait par se fêler. Et du bout de son épée il avait touché la plaque posée sur le coeur de Sean. Le coup n'avait pas été porté avec suffisamment de puissance pour déformer la plaque et ne pourrait donc être comptabilisé ; et tous deux le savaient. Pour autant, quand Noah murmura en crachant du sang : « tu as perdu », c'était vrai ; et tous deux le savaient.

Puis Noah s'effondra au sol. Son adversaire lâcha son épée, tituba en s'éloignant du corps, blême, pâle comme la mort, et le regard vide se dirigea rapidement vers les vestiaires.

Dislike
0

Commentaires

Portrait de Azazel

Oui, leur personnalité ressort bien... Surtout pour Abel et son air si... sournois... qui fait de lui le futur plus grand bad guy de l'histoire... ^_^

Merci !!! ;)

Portrait de Foxie

J ai adoré lire les 6 chapitres!! Je me réjouis de la suite. Les personnages sont si bien dessinés, j aime beaucoup tous les petits détails des personnages et on voit bien leur personnalité.

Portrait de Azazel

Sean est bien le vainqueur, vu que précisément le dernier coup n'a pas été comptabilisé par manque de force. Néanmoins, ce que Noah lui lance à la fin en lui disant "qu'il a perdu" signifiie qu'en situation de combat réel et par rapport à la joute "mentale" que s'étaient livrée les deux adversaires, Noah est davantage à considérer vainqueur, même si la victoire revient ici à Sean (ou alors c'est moi qui n'ai rien compris à ce que Tensen a écrit lol ^_^)

J'adore aussi le combat de Khali et ses multiples rebondissements. Et le combat de Noah je l'ai aussi beaucoup aimé pour son côté plus "stratégique" et réfléchi. Noah se sait en désavantage et table sur la seule faiblesse exploitable chez ce terrible ennemi (son mode carnage en gros) pour tenir bon et trouver l'ouverture lui permettant d'avoir une chance unique à saisir et ne pas manquer. Et la façon dont il se positionne de fait pour tenir compte de "ce que vise" Sean afin de ne pas se faire déborder est une très bonne idée. Je n'ai pas du tout participé à la chorégraphie des combats (sauf pour quelques précisions et quelques remaniements parfois afin de rendre la scène plus compréhensible), donc j'en profite pour signaler que Tensen a vraiment fait du très bon boulot à ce niveau-là, et que les 2 combats de cette finale sont vraiment excellents, dignes des finales.

Pour la disparition de Ryan, c'est un oubli de notre part en fait. Nous n'avons convenu de ce nom (précisément pour éviter les répétitions, rendre plus compréhensible et facile à suivre les combats le mettant en scène) qu'après l'écriture initale de ces 2 chapitres. Et du coup on avait prévu de modifier les 2 chapitres mettant en scène Ryan en y ajoutant son nom, ce que l'on a fait pour le chapitre 5... et que l'on a oublié (sans doute par manque de temps car c'était pour changer un peu à l'arrache qu'on a fait les derniers remaniements) de faire dans le chapitre 6. Mais c'était en effet prévu pour les mêmes raisons que celles que tu as mentionnées.

C'est ce qui arrive quand on passe en mode shinyu et qu'on fait tout à la der... ^_^'

Duncan c'est le Maître qui protège Sean et s'interpose entre Connor et lui. Arf, je pensais que son nom était cité, mais ce n'est pas le cas... Il faudrait peut-être y rémédier (et ajouter Ryan 2-3 fois aussi éventuellement comme c'était prévu)... ^_^ 

Portrait de admin

Et voilà.

J'ai lu aussi ce chapitre.

Dans l'ensemble il est pas mal. Il est dans le top des chapitres pour l'instant.

Le début, avec la visite des couloirs par Abel est l'une des meilleurs parties du chapitres. Fluide, bien écrite et compréhensible. En gros, Connor est vénère que Sean n'ait pas été assez enragé et trop "tactique" et méthodique. Très étrange. Il se trame quelque chose derrière tout ceci.

Les descriptions des combats sont assez soignées dans l'ensemble. Il y a deux ou trois passages que j'ai dû relire plusieurs fois pour bien m'imagner la scène. Mais je le répète dans la globalité c'est l'un des meilleurs chapitres. Les multiples rebondissement du combat de Khali sont des points forts du chapitre.

Donc au final, Noah gagne mais on ne sait pas trop pourquoi. il a touché la plaque du coeur, mais ce n'est pas comptabilisé car le "coups" est plus un effleurement qu'autre chose. Donc, bon, j'attends la suite pour avoir des explications. Je m'attendais à ce que Sean gagne, comme je l'avais expliqué dans mon commentaire du chapitre précédent. ça c'est joué à pas grand chose.

Connor va donc être furax de n'avoir aucun élève sur le podium.

 

Deux petites choses qui m'ont turlupiné majoritairement :

- Le prénom RYAN a disparu. L'adversaire pourtant balèse de Khali n'a plus de prénom. C'est bien dommage. ça permet vraiment au lecteur d'identifier qui est qui. Heureusement que j'ai quasi enchaîné les deux chapitres. Si j'avais attendu 1 semaine ou deux avant de lire, je n'aurais pas forcément fais le rapprochement. C'est dommage. Au lieu de placer comme pour Sean, de temps à autre l'identité du gars, vous vous contentez de répéter "le garçon de la confrérie de connor" ou des trucs longs mais qui ne permettent pas de distinguer le personnage parmi tant d'autres.

- L'emploi du passé simple et de l'imparfait. A quelques rares moment j'aurai plus employé l'un que l'autre pour décrire . J'aurais switché (interverti, en français ^^) l'emploi de l'imparfait par le passé simple, et inversement. Petit exemple : "Main qui s'était brisée tandis que son avant bras, sous la pression du coup, finit par se fêler." .... Voilà, c'est juste à titre personnel, j'aurais écrit ça comme ça... mais bon rien de bien méchant ^^

 

Continuez. Le récit s'améliore et l'intrigue prend place. C'est très très intéressant.

 

PS : Ah oui. Au fait. Qui est DUNCAN ??? On le voit dans la présentation des persos mais il n'est pas mentionné. Nulle part. Vraiment bizarre.